Vous êtes ici : Accueil / Nouvelles / Nouvelles / Des étudiants de diverses religions en quête de compréhension réciproque

Des étudiants de diverses religions en quête de compréhension réciproque

Des étudiants de diverses religions en quête de compréhension réciproque

Mohammed Azhari: "En apprenant à nous connaître en tant que personnes, nous apprenons à nous respecter réciproquement.."

18 juillet 2011

par Theodore Gill (*)

“Les religions, instruments de paix” est le sous-titre d’un cours d’été organisé en 2011 sur le thème “Edifier une communauté interreligieuse”. Vingt-trois étudiantes et étudiants de plus d’une douzaine de pays sont réunis à l’Institut œcuménique de Bossey, Suisse, pour ce cours qui dure du 4 au 29 juillet.

L’un des premiers conférenciers invités à s’exprimer a reconnu qu’à l’heure actuelle de nombreux observateurs voient les religions non pas comme des instruments de paix, mais comme des causes de conflit. “En tant que responsables religieux, nous n’avons pas les mains propres”, a déclaré le rabbin Richard Marker, du Comité juif international pour les consultations interreligieuses.

Trop de pays et leurs gouvernements, a-t-il ajouté, ont le sentiment que “la religion est une cause de division qui agit au détriment des valeurs communes.”

Depuis cinq ans, le cours sur les relations interreligieuses organisé à l’Institut œcuménique réunit chaque été des étudiants des traditions juive, chrétienne et musulmane pour un temps d’étude, d’expérience commune des espaces sacrés des autres, et de réflexion sur leurs propres cultures, spiritualités et visions du monde.

Le groupe d’étudiants se compose de neuf hommes et quatorze femmes – dix chrétiens, sept musulmans et six juifs.

Les participants viennent d’Amérique latine, d’Europe occidentale et orientale, du Moyen-Orient, d’Asie et d’Australie. Trois sont des sœurs appartenant à des ordres religieux de Colombie, du Guatemala et de Roumanie. Trois viennent d’Israël, et trois sont des Palestiniens.

Danielle Antebi, d’Israël, qui a fait des études de criminologie et de politique internationale, tenait beaucoup à suivre ce cours après l’expérience positive faite par son frère qui y a participé l’été dernier. “Mon frère est archéologue, explique-t-elle; il présente des exposés sur Israël en divers lieux, et il souhaitait pouvoir rencontrer des personnes de différents pays et connaître leurs opinions à propos d’Israël et des relations entre adeptes de religions différentes.”

Danielle pense que ce mois à l’Institut de Bossey, dominant le lac Léman, sera pour elle “une précieuse occasion de rencontre et d’échanges avec des personnes de différentes cultures.”

Charlotte Lindhé a entendu parler du cours par son pasteur de l’Eglise de Suède. Après avoir terminé ses études secondaires, elle s’est lancée dans un ambitieux programme de voyages sac au dos qui l’a conduite en Chine, en Asie du Sud-Est et au Moyen-Orient. Elle prévoit de visiter prochainement la Grèce, l’Inde et l’Amérique du Nord.

“J’espère en apprendre plus sur ma propre religion en relation avec les croyances des autres, indique-t-elle, et j’espère aussi être capable de partager ce que j’apprends avec les membres de ma propre paroisse et avec d’autres personnes quand je rentrerai en Suède.”

Son intérêt pour les activités interreligieuses s’est éveillé quand elle s’est rendue en Israël et en Palestine, où elle a vu “des religions existant côte à côte, mais ne vivant pas réellement ensemble.”

Passer de la tolérance des différences à l’appréciation de leur valeur


Mohammed Azhari, d’Australie, qui a étudié la doctrine islamique et le dialogue interreligieux lors de ses études supérieures à Damas, voit le cours de Bossey comme “une splendide occasion de rencontrer des adeptes d’autres religions. Ici, nous voulons commencer par édifier la communauté entre nous, dans l’espoir que ce sera une première étape en direction de réalisations plus ambitieuses.”

Mohammed constate que les étudiants se posent eux-mêmes des questions: “Comment les gens peuvent-ils œuvrer à la paix par la prière, par la force de leurs convictions? En apprenant à nous connaître en tant que personnes, nous apprenons à nous respecter réciproquement. De cette manière, nous pouvons dépasser la simple tolérance pour passer à l’appréciation, à l’acceptation même de ce qui nous rend différents. Et cela ne peut être que positif, car c’est l’ignorance qui conduit au conflit.”

Durant la première semaine de cours, le rabbin Marker a été rejoint dans la discussion sur le judaïsme par le grand rabbin Marc Raphaël Guedj, président de la Fondation Racines et Sources.

La professeure Fawzia Al-Ahmawi, de l’Université de Genève, et M. Hafid Ouardiri, président de la Fondation Ta’aruf (Interconnaissance), font bénéficier les participants de leurs connaissances sur l’islam; la vision du christianisme est représentée par plusieurs membres du personnel du Conseil œcuménique des Eglises (COE), ainsi que par le professeur S. Wesley Ariarajah, de l’Université Drew, Etats-Unis.

Le professeur Odair Pedroso Mateus, de l’Institut œcuménique, coordinateur académique du cours d’été 2011, salue cette occasion de “promouvoir la rencontre plutôt que provoquer le conflit”, de poser des questions difficiles et d’explorer la possibilité de “faire du dialogue un moyen de changement pacifique” dans le monde, et aussi “d’encourager la communauté entre les cultures plutôt que la confrontation.”

L’administration de l’Institut œcuménique est sensible à la diversité des pratiques alimentaires des étudiants, et des espaces de culte ont été aménagés à l’intention de chacune des traditions religieuses représentées.

Fondé en 1946, l’Institut œcuménique de Bossey est le centre international de rencontres, de dialogue et de formation du COE. Il est lié à l’Université de Genève par un accord conclu avec la Faculté autonome de théologie protestante de l’Université.

Le cours d’été est organisé conjointement par l’Institut œcuménique, le Programme du COE sur la coopération et le dialogue interreligieux, la Fondation Ta’aruf et la Fondation Racines et Sources.

[849 mots]

(*) Theodore Gill est rédacteur principal des Publications du COE à Genève, et ministre ordonné de l’Eglise presbytérienne (Etats-Unis).

Programme du COE sur la coopération et le dialogue interreligieux

Site web de l’Institut œcuménique

Plus d’informations concernant le cours sur les relations interreligieuses

Des photos haute résolution illustrant cet article peuvent être obtenues gratuitement sur photos.oikoumene.org